ILE MAURICE


ILE MAURICE OFFSHORES

Créer sa société facilement sur l’Ile Maurice et bénéficiez d’une fiscalité 0 % !

La trame des pays à fiscalité réduite ou inexistante est un peu la même pour tous les pays…. L’imposition y est de Zéro, ou bien, d’une très faible imposition (1 à 10 % par exemple). Dans ce dernier cas, ce ne sont pas tout à fait des paradis fiscaux, mais on s’en accommodera très volontiers.

Historique Offshores
Ca s’est passé voilà 2000 ans. Les marchands grecs étaient représentés par des émissaires dans certains ports de commerce, afin d’organiser les transactions commerciales entre vendeurs et acheteurs. Ils se donnaient rendez-vous dans des lieux tenus secrets pour transborder les marchandises et échapper aux taxes portuaires.
L’idée des paradis fiscaux venait de naître. Plus proche de nous, voici une vingtaine d’années, quelques pays fournissaient des avantages fiscaux comme : la Suisse, le Liechtenstein, les îles anglo-normandes, les Bermudes, les îles Cayman, le Panama, etc…

Depuis, de nombreux autres ont adapté leur législation fiscal afin d’attirer le commerce international sur leur territoire, supprimant les barrières douanières, abolissant pratiquement le contrôle des changes, et offrant des garanties d’une fiscalité réduite, voire au taux zéro ! C’est le cas de la république de l’Ile Maurice.
L’Ile Maurice : une république paradis fiscal !

Avantages Juridiques

La jurisprudence de la république de l’Ile Maurice est riche. Elle offre une sécurité juridique et une totale confidentialité des structures offshores en place. Le nom des créateurs ne sont pas publiés…

On peut créer cette structure seul, sans capital. Son fonctionnement est un peu semblable aux SARL en France, ou aux structures similaires d’Europe.

Avantages fiscaux

Il n’y a pas d’impôt sur les bénéfices, pas plus que l’obligation de tenir une comptabilité (cependant indispensable, même si on ne vous demande pas de comptes !). Voici les principaux critères et avantages fiscaux :

* Administrateur unique, peut être non résident et/ou personne morale
* Pas d’assemblée générale annuelle des actionnaires obligatoire
* Les réunions peuvent être tenues en tout endroit ou par procuration
* Pas de nécessité de tenir les comptes
* Pas de comptes audités
* Transfert du siège social en provenance de ou vers une autre juridiction possible
* Délai de constitution très rapide (2 jours)
* Pas d’impôt : 0%
* Frais de constitution et opérationnels modestes
* Confidentialité totale des affaires : les informations sur les associés et leur domicile ne sont pas communiquées.
Comment créer votre société sur l’Ile Maurice

On peut créer une société type GB2 en cas très rapidement. Comptez 2 à 5 jours dès la réception des documents et du règlement des frais du professionnel (obligatoire) situé sur l’Ile Maurice.
Les banques.
il n’existe pas de comptes à numéro, ni de comptes à pseudonyme. Ceci ne pose aucun problème puisque la fiscalité est égale à zéro. Enfin, le compte bancaire à Maurice n’est pas obligatoire (on peut l’ouvrir n’importe où, sauf en France !).

Discrétion.
Les propriétaires des parts sociales peuvent être des personnes physiques ou morales. Le nom des associés n’est pas publié au registre public (équivalent du Registre du Commerce et des Sociétés en France).

Comptabilité et dépôt annuel des comptes.

Sur l’Ile Maurice, il n’est pas obligatoire de maintenir les pièces et livres comptables. Les sociétés offshores ne sont pas tenues non plus de soumettre leurs comptes

En d’autres mots, vous ne devez pas présenter les comptes et bilan chaque année comme dans la plupart des autres pays. On peut même utiliser la carte bancaire de la société pour ses achats personnels sans risquer d’être poursuivi pour abus de biens sociaux !

Fiscalité.

La condition pour une fiscalité avantageuse est que l’activité soit situé hors de la république de l’Ile Maurice, il n’y a aucun impôt ni sur les sociétés, ni sur les bénéfices des associés (dividendes), pas de droits de succession sur les actions détenues par les non-résidents. Juste une taxe annuelle.

 

Cet article est également disponible en : Anglais, Portugais - du Portugal