ACTUALITÉS


Royaume Uni Brexit avant et après !!!

MAIS, ils ont un plan pour la suite

Devenir une grande Suisse, paradis financier et fiscal

Car la Suisse perd le secret bancaire en 2017 : les données concernant les comptes des contribuables américains seront transmises aux États-Unis (loi FATCA).
L’enjeu est énorme : en 2013, les fortunes étrangères en Suisse se seraient élevées à 1800 milliards d’euros.

Car les USA sont d’accord : ils partagent avec le Royaume-Uni le droit et la langue, deux choses essentielles pour le business.

Car la Chine est d’accord : en faisant monter la place financière de Londres, cela affaiblirait le dollar et l’influence de New-York. C’est pour la même raison qu’ils ont soutenu l’Euro pendant la crise de 2011.


MAIS, ils peuvent tout perdre

L’Europe peut organiser un pôle financier.

L’Ecosse peut partir et mettre fin au Royaume-Uni.

Ils peuvent aggraver le déséquilibre entre Londres et le reste du pays.

La Grande Bretagne, une île perdue entre l’Europe et les Etats-Unis ?

Le cocktail du succès britannique de 1780 à 1914

2015 : une économie qui semble aller bien,
mais totalement déséquilibrée

Job

 

Taux de chômage 2015 : 5,2%

Taux de chomage

Taux de croissance 2015 : +2,2%

… Mais totalement déséquilibrée

Londres, c’est :

20% du PIB du pays

la 2ième ville la plus chère au monde pour l’immobilier

une place disproportionnée des services financiers : 450% du PIB

Brexit : La Grande Bretagne, une île perdue entre l’Europe et les Etats-Unis ?

                                                              La Grande Bretagne a décidé de quitter l’Europe. Et maintenant ?…

Les services financiers

Les services financiers risquent de partir à Francfort, siège de la BCE (Banque Centrale Européenne)

Les Etats-Unis

Les Etats-Unis deviennent hispaniques (les blancs, qui représentaient 84% de la population en 1960, seront moins de 50% en 2042*) et risquent de ne pas reconnaitre les britanniques

*Source : Un nouveau rêve américain – S Cypel


Le père « fondateur » de Singapour n’est plus.

EDITO Le « fondateur » de la cité-Etat, Lee Kuan Yew, est décédé ce lundi 23 mars à l’âge de 91 ans. Notre éditorialiste Marc Fiorentino revient sur les origines du succès économique de Singapour.
Le père « fondateur » de Singapour n’est plus. Le premier et ancien chef du gouvernement, Lee Kuan Yew, vient de décéder dans la nuit du dimanche au lundi à l’âge de 91 ans. Il a été le principal artisan de la réussite économique de cette cité-Etat qui est un cas unique dans le monde. Singapour est en effet un pays créé de toutes pièces.
C’est un ancien comptoir que Lee Kuan Yew a transformé en l’un des pays les plus riches du monde. On parle de son leader comme d’un créateur d’entreprise. Lee Kuan Yew est ainsi le  »fondateur » de Singapour comme d’autres le sont pour Apple ou Google.
Un PIB/habitant supérieur à la France!
Aujourd’hui, c’est un pays de 6 millions d’habitants qui résiste encore à la Chine. Singapour ne veut ainsi surtout pas finir comme Hong-Kong. Au niveau de la politique économique, Lee Kuan Yew a tout misé sur l’investissement, l’innovation et l’épargne.

Résultat: Singapour a connu la plus forte progression du PIB par habitant depuis 1959, à 55.000 dollars par habitant en 2013, selon la Banque mondiale. La Cité-Etat peut, de ce point de vue, se targuer d’être plus riche que la France (où le PIB/hbt se limitait à 42.500 dollars en 2013). Le modèle économique de Singapour repose sur un mélange entre la Silicon Valley et Monaco. Il s’agit à la fois d’un paradis fiscal, d’un hub de business incontournable en Asie, et d’un pays où le chômage est presque inexistant avec un taux de seulement 2%.
Néanmoins, au-delà de la réussite économique, le système politique de Singapour reste très encadré. Malgré le simulacre de démocratie, Singapour est bien une dictature. Un seul parti a toujours dirigé le pays sans partage: celui du fondateur. Lee Kuan Yew a établi un subtil mélange de capitalisme libéral et social, de valeurs occidentales et asiatiques. L’actuel Premier ministre Lee Hsien Loong, qui va lui succéder, devra répondre aux challenges d’une plus forte demande de démocratie de la population.
Source Bfm Business

Cet article est également disponible en : Anglais, Portugais - du Portugal